L’intelligence collective, qu’est-ce que c’est ?

5/5 - (42 votes)
Tout savoir sur l'intelligence collective, qu'est-ce que c'est, comment la mettre en place et la manager....
Exemple de management d'intelligence collective

A l’origine l’intelligence collective est un concept qui a été mobilisé dans l’observation des comportements chez les insectes vivants en colonie, puis plus largement des animaux et espèces ayant des interactions fréquentes et répétées entre elles. L’intelligence collective est caractérisée par le fait qu’une équipe d’agents qui coopèrent va résoudre de manière plus efficace une problématique, que si celle-ci avait été abordée de manière individuelle. Depuis, les principes de l’intelligence collective se sont étendus à la sociologie, les sciences du management, l’informatique et les théories de la communication.

 

Les experts du cabinet de conseil RH  Calista vous disent tout ce qu’il faut savoir sur l’intelligence collective.

 

 

Intelligence collective : définition

 

Le philosophe Pierre LEVY définit le concept d’intelligence collective comme étant « une intelligence partout distribuée, sans cesse valorisée, coordonnée en temps réel, qui aboutit à une mobilisation effective des compétences ». Pour résumer, l’intelligence collective a pour objectif de mobiliser les compétences disponibles au sein d’une équipe ou d’une organisation, de façon pertinente et efficiente pour résoudre un problème avec la bonne compétence appliquée au bon endroit au bon moment parmi un panel d’individus.

 

Ce concept requière l’implication de l’ensemble des individus composant l’équipe ou l’organisation, car ils passent de simple composante à acteurs et contributeurs directs. Pour l’entreprise cela permet d’instaurer une dynamique vertueuse pour atteindre des objectifs plus ambitieux et/ou complexes tout en restant compétitive.

 

 

Les 5 C de l’intelligence collective

 

Si vous avez été attentif/ve, vous aurez sûrement compris que les entreprises mobilisent depuis toujours l’intelligence collective, souvent sans en avoir conscience, puisque le concept même d’une entreprise est de faire travailler ensemble des personnes différentes pour servir un objectif commun. Voici les cinq compétences clés pour déployer une intelligence collective au sein d’un groupe.

 

La créativité

 

Première étape, instaurer un climat de confiance entre tous les membres de l’équipe afin de favoriser la communication et le partage d’idées dans la bienveillance. Favoriser la créativité et la libre parole des individus permet de trouver des idées nouvelles « out of the box » et de dépasser les schémas de pensée habituels. Pour cela les entreprises ont à leurs dispositions plusieurs outils comme les ateliers et formations, les brainstormings (à condition de les appliquer à bon escient) ou d’autre formats d’animation.

 

La compassion

 

Il s’agit d’un élément très important puisqu’il va mobiliser les capacités d’écoute active, de feedback constructifs, d’échanges bienveillants et surtout de la capacité d’entraide des individus entre eux. Pour aller plus loin, on peut aussi accompagner ses équipes en les sensibilisant et les outillant sur l’intelligence émotionnelle. Pour cela le manager peut mobiliser un cabinet de coaching professionnel qui interviendra au sein de son équipe.

 

La collaboration

 

Le principe de base de l’intelligence collective étant de mettre en commun les compétences et ressources de chacun pour atteindre l’objectif fixé, il va de soi qu’une collaboration sans faille entre les individus soit exigée. Attention, si la collaboration permet de partager ses savoirs et expériences, il faut aussi apprendre à recevoir des autres. Le schéma de fonctionnement de l’intelligence collective n’est pas descendant, il est à la fois circulaire et transverse.

 

La communication

 

Il faut ici permettre et encourager le dialogue entre les différents membres de l’équipe. Vont être mis à disposition et mobilisés à la fois des outils de communication, mais aussi des méthodes tels que l’écoute active, le feedback, l’intelligence relationnelle, le membership ou encore le courage managérial. Les individus doivent pouvoir confronter les idées de chacun dans un climat de bienveillance et d’absence de jugement. Les notions d’appartenance et de cohésion de groupe sont également importantes et doivent être mises en avant.

 

La réflexion collective

 

Le manager veillera à instaurer un climat permettant la réflexion collective, avec par exemple un environnement ou des méthodes stimulant la créativité, la proposition d’idées et la réflexion commune autour de certains sujets. Attention toutefois à ne pas oublier que ce qui fait la force du collectif, c’est la mise en commun de plusieurs individualités différentes. Si le collectif doit être mis en avant, cela ne doit pas se faire au détriment de l’individualité de chacun, gare donc à ne pas « effacer » l’individu au nom du collectif.

 

 

Pourquoi utiliser l’intelligence collective ?

 

D’une part l’intelligence collective permet de mettre en commun des compétences et connaissances en vue de réfléchir ou résoudre un problème commun. Avec pour conséquences des interactions et des synergies qui apportent une innovation considérable dans la manière d’approcher un problème et de le résoudre. Mobiliser l’intelligence collective dans une organisation permet de répondre à des besoins tels que :

 

  • GĂ©rer et surmonter une situation de crise : notamment dans les pĂ©riodes de forte instabilitĂ©, d’incertitude ou dans les situations complexes.
  • Innover : que ce soit pour dĂ©velopper un nouveau produit ou une nouvelle offre de services, prendre l’avantage concurrentiel ou Ă©voluer sur un marchĂ©.
  • Apprendre de ses Ă©checs : comment surmonter un Ă©chec de façon collective pour le transformer en expĂ©rience positive et en atout pour l’entreprise.

 

 

Intelligence collective en entreprise : comment la manager ?

 

Tout comme le métier de manager ne s’improvise pas, manager des équipes ayant adopté le fonctionnement de l’intelligence collective ne se fait pas d’un simple claquement de doigts. Pour optimiser le management de l’intelligence collective, il faut :

 

  • ĂŠtre en capacitĂ© de favoriser et utiliser l’ensemble des soft-skills de son Ă©quipe.
  • Mettre en place un climat de confiance pour libĂ©rer la parole et laisser place aux idĂ©es diffĂ©rentes, favoriser la coopĂ©ration et la prise d’initiative. Cela passe par accepter et encourager l’échec mais aussi encourager l’autonomie de ses Ă©quipes.
  • ĂŠtre en capacitĂ© d’identifier et retenir les compĂ©tences ainsi que les talents adĂ©quats Ă  la situation donnĂ©e / l’objectif commun.
  • DĂ©ployer les outils pertinents pour favoriser et structurer la rĂ©flexion collective.
  • Faire preuve de courage managĂ©rial et gĂ©rer les conflits, puis favoriser la confrontation dans un cadre bienveillant.
  • Prendre les bonnes dĂ©cisions en temps et en heure. Pour cela le manager a identifiĂ© les biais cognitifs, notamment de groupe, et s’en est affranchi.

 

De plus en plus de manager sont sensibilisés à ces phénomènes, outils et nouveaux modes de fonctionnement. On les appelle désormais facilitateurs, managers agiles ou encore managers-coach. Calista Conseil propose d’ailleurs une formation de manager-coach visant à outiller les managers avec les outils du coaching professionnel.

 

 

Intelligence collective : quels outils ?

 

Les outils pour mettre en place et favoriser le processus d’intelligence collective sont légions et prennent toutes les formes possibles et imaginables. Le conseil que nous vous donnons est de choisir les outils en fonction de la taille de votre entreprise car la façon de développer l’intelligence collective ne sera pas la même en fonction du volume de collaborateurs. Voici quelques exemples d’outils :

 

  • Solutions de social learning qui est un système de partage et mutualisation des compĂ©tences
  • Utiliser un rĂ©seau social d’entreprise : plateforme collaborative permettant et facilitant le partage et la communication entre les diffĂ©rents membres de l’équipe
  • Les outils digitaux « communautaires » qui permettent le partage des donnĂ©es, documents, pratiques, avancĂ©es et autres sujets
  • Les outils digitaux collaboratifs tels que Notion, Mindmap ou Slack

 

Retenez que déployer l’intelligence collective passe obligatoirement par l’utilisation de ce type d’outils ; l’objectif étant de simplifier, faciliter et fluidifier au maximum les échanges et interactions des personnes, à la clé une créativité et une innovation renforcées.

 

 

Intelligence collective : les avantages

 

Les avantages liés à l’intelligence collective sont multiples et apparaissent sous différentes formes, parmi ceux-ci on peut citer :

 

  • L’émergence d’idĂ©es, de mĂ©thodes ou de façon de penser nouvelles grâce au dĂ©veloppement de la co-crĂ©ativitĂ©
  • Un engagement et une implication des Ă©quipes plus Ă©levĂ©s, car les individus sont parties prenantes intĂ©grantes et ont tous un rĂ´le Ă  jouer.
  • Une responsabilisation accrue des collaborateurs grâce Ă  un climat de confiance favorisant l’autonomie et la prise de dĂ©cision.
  • Des rĂ©sultats probants pour l’entreprise : objectifs plus ambitieux, atteints plus vite, Ă©quipes fidĂ©lisĂ©es, taux de turn-over moindre, rĂ©tention des compĂ©tences…

 

Vous l’aurez compris, cette méthode managériale présente beaucoup de bienfaits à la fois pour l’organisation et ses parties prenantes (managers, équipes, collaborateurs…).

 

 

Intelligence collective : les limites

 

Les limites de l’intelligence collective résident de manière globale dans la façon dont le groupe est géré. Si le manager n’est pas formé et/ou vigilant sur les process, les jeux psychologiques et les biais cognitifs (notamment de groupe) ayant lieu dans son équipe, il va se trouver confronté aux limites de l’intelligence collective, voir dans une impasse s’il ne prend pas les choses en main et ne gère pas ces phénomènes. On retrouve parmi ceux-ci quelques exemples :

 

  • Lorsqu’une dĂ©cision de groupe a lieu mais certains individus n’ont pas eu ou pu dire ce qu’ils ressentent ou pensent (par timiditĂ© ou peur de la confrontation par exemple).
  • L’acceptation d’une idĂ©e sans conviction ou motivĂ©e par une envie sous-jacente parasite (en finir au plus vite avec ce brainstorming stĂ©rile par exemple).
  • Les digressions sans fin qui apparaissent dans les conversations et dĂ©bats, avec Ă  la clĂ© une prise de dĂ©cision non pertinente, « parce que bon on n’a pas passĂ© 2 heures en rĂ©union pour rien ».
  • Favoriser l’acceptation des « avis d’experts » Ă  la rĂ©flexion commune (par paresse intellectuelle, manque de temps, de courage…). Il s’agit ici de favoriser l’argument d’autorité : lors d’une argumentation l’individu va accorder plus de valeur Ă  un argument en fonction de son origine plutĂ´t que de son contenu.

 

Attention donc à ces biais cognitifs de groupe qui, s’ils ne sont pas gérés vont être contreproductifs, voire délétères pour le groupe et l’individu.

 

 

 

🡸     Retour aux actualités

 

0 €

Pré-audit gratuit et sans engagement

Nous réalisons un pré-audit de votre situation gratuitement pour mieux répondre à vos besoins ensuite

100 %

Confidentiel pour vous et votre entreprise

Nous vous garantissons une confidentialitĂ© absolue dans l’ensemble de vos dĂ©marches et au cours de notre collaboration

97%

De satisfaction client constaté chez Calista

Taux de satisfaction moyen constatĂ© sur l’ensemble des prestations de conseil et de coaching rĂ©alisĂ©es auprès de nos clients

Vous devriez Ă©galement aimer